Commune de Moux
Accueil
la Commune s'engage 0 Phyto

ophito

Au 1° Janvier 2017 la Commune s'engage dans le 0 Phyto.

Dans le respect de cet objectif, 0 Phyto, du matériel mécanique va se substituer à l'épandage de produits Phyto, de nouvelle pratiques aussi, cette démarche engagée par la Commune, ne peut avoir d'effets qu'avec le concours de tous.

Par ailleurs, afin de sensibiliser les enfants, "un jardin d'enfants" va être créé par le CLAE de Moux, des carrés de verdure, des plantations, mur de verdure etc....intégrant les aspects BIO dans le respect de l'environnement.

 

ophito

L'engagement de votre commune pour préserver votre santé et votre environnement.
Pourquoi ma commune se mobilise-telle ?
Des rivières et des nappes polluées, des pesticides utilisés pour le désherbage des parcs, des jardins, des voiries... sont régulièrement détectés dans les eaux du Languedoc-Roussillon.  Les communes sont aussi responsables
• Le risque de contamination des eaux est localement plus important en zones non agricoles qu'en zones agricoles en raison du transfert accéléré de substances vers les points d'eau.

• L'usage des pesticides peut présenter un risque pour la santé de la population et celle des agents d'entretien.
La réduction de l'utilisation des pesticides constitue donc un enjeu majeur.
Une démarche régionale
⦁ Les structures régionales et locales qui vous entourent se mobilisent pour vous aider à réduire l'emploi des pesticides.
Chaque citoyen peut agir sur son environnement en évitant l'usage des pesticides.
⦁ Limiter l'installation de la végétation spontanée et des parasites
Choisir des espèces et variétés de plantes adaptées au jardin (sol, climat, exposition ...) tolérantes ou résistantes aux maladies, possédant des propriétés répulsives contre les insectes ravageurs (lavande, capucine, œillet d'Inde...).
Adapter ses pratiques de jardinage,
Alterner les plantes cultivées d'une année sur l'autre, décaler la date de semis, maintenir l'aération de la végétation, pailler le sol, l'enrichir avec du compost ou du fumier, éviter les arrosages et les apports d'engrais excessifs, pratiquer la tonte haute...
⦁ Enherber les espaces non cultivés, les cours, les allées...
Choisir des méthodes alternatives aux pesticides
⦁ Utiliser un outil ou arracher les herbes à la main, supprimer les parties de la plante les plus malades.
⦁ Favoriser l'implantation des prédateurs naturels (coccinelles, syrphes...) contre les ravageurs ; par la création de gîtes à insectes, de haies diversifiées.
⦁ Mettre en place des pièges contre les ravageurs (pièges à phéromones, plaques).